L’ Ame Bleue avec Laurent Marie

Décrite comme une aventure humaine et sportive, « l’Ame bleue » organise des expéditions à travers des régions isolées, dans le respect de la richesse et la fragilité de la faune et la flore. « Nous avons comme premier objectif de faire rêver » déclare Laurent Marie, sapeur-pompier professionnel spécialisé dans la plongée et Président de l’association L’Ame Bleue.

« L’Ame Bleue a pour but de sensibiliser un large public à la biodiversité du monde marin. Ces expéditions sont une ouverture sur le monde, une ouverture aux autres. » Nous avons discuté avec Laurent Marie, qui met sa passion pour l’apnée et la voile au service de l’environnement, la culture et la science.

Par Elisa Routa.

“Le but est de permettre au public de dessiner sa propre vision du monde.”

 

Pouvez-vous nous présenter votre projet « l’Ame Bleue ?

Nous organisons des expéditions qui, principalement, allient la voile et la plongée en apnée. Nous souhaitons mettre en valeur les espaces rencontrés et la biodiversité. Je suis personnellement très touché par la beauté du monde et souhaite la partager avec des enfants dans différentes écoles. Les enfants s’émerveillent facilement. Au fur et à mesure des années, l’objectif éducatif s’est révélé être un élément central pour L’Âme Bleue. Nous avons construit des supports pédagogiques pour des enfants de maternelle, école élémentaire, collège et lycée, ainsi que des présentations dans des crèches et des prisons. Nous collaborons également avec des entreprises, des médiathèques, des aquariums, et organisons des conférences. Nous faisons énormément d’images qui nous permettent de témoigner de nos rencontres animalières et de nos expériences sensorielles en apnée. Les différentes facettes permettent de s’interroger pour une compréhension globale. Le but est de permettre au public de dessiner sa propre vision du monde. Les rencontres provoquent les nouvelles aventures. Il faut alors se donner les moyens de ses ambitions.

Tout a commencé en 2010 lorsque vous découvrez pour la première fois les eaux du sud en participant à l’expédition « Les apnées les plus au sud du monde ». Qu’avez-vous ressenti ?

Pour des raisons personnelles, cette aventure est arrivée au bon moment. Nous devions nous approcher du Cap-Horn, malheureusement les conditions climatiques ne nous permettaient pas d’y accéder. Avec le capitaine, nous avons décidé de remonter le canal du « Beagle » sur les traces des indiens Yagan. Nous nous sommes approchés très près des glaciers et avons plongé en apnée dans le « Brash » (ie; banc peu dense de glaçon à la dérive) au pied de ces géants de glace. A ce moment-là, je crois que j’ai compris à quel point la glace était vivante : des bulles d’air se libèrent par la fonte en créant un univers sonore dingue. Les glaçons s’entrechoquent, et le glacier craque et gronde comme le tonnerre. Ces sons résonnent en vous et l’univers polaire ne vous quitte plus.

“La dimension humaine a pris tout son sens lors de la rencontre avec les inuits. L’action commune nous a rapprochés et chaque aventurier est reparti bouleversé.”

 

En 2016, vous faites le pari de partir en expédition du Groenland au Nunavut Canadien, l’occasion assez unique d’aller à la rencontre des inuits et de leurs connaissances, et de les initier à la plongée…

C’était passionnant. La culture Inuit est une culture orale, il y a aussi énormément d’artistes. Ce sont des animistes. Cela veut dire que tout objet possède une âme, ils croient en une force vitale. Dans le grand Nord, sous la banquise ou le long d’un iceberg, vous ressentez cette force vitale d’une façon très puissante. Un changement s’opère peu à peu, vous comprenez mieux les inuits quand le froid vous envahit.

Une véritable leçon de vie. La richesse vient-elle véritablement des rencontres? 

La dimension humaine a pris tout son sens lors de la rencontre avec les inuits. Au début, ils vous observent, ensuite ils vous aiment. Ou pas. C’est très rapide. Nous avons partagé des moments forts avec eux et toute l’équipe de L’Âme Bleue par l’initiation des enfants à la plongée en apnée ou lors de la cueillette des algues en apnée sous la banquise. L’action commune nous a rapprochés et chaque aventurier de l’Ame Bleue est reparti bouleversé. Aujourd’hui encore, j’entretiens des contacts avec la communauté par les réseaux sociaux.

Une telle aventure vous fait-elle envisager le monde différemment?

L’antarctique, l’Arctique, les inuits, les animaux, les enfants, les membres de l’équipe de l’Ame Bleue, toutes les personnes que je rencontre au quotidien nourrissent les projets, et contribuent à ma -notre- transformation. Nous nous engageons toujours un peu plus pour mettre en valeur, préserver, sensibiliser le public aux différentes menaces. De plus en plus de projets naissent par ce même constat et je m’en réjouis ! Un changement profond s’opère.

Suivez les expéditions de l’Ame Bleue.

Photos : Laurent Marie & Joël Marie.

Quelques articles

Instagram